Épisode #2, Tiffany Bouelle – Peintre et plasticienne

Le fait d’avoir grandi entourée d’artistes a contribué à développer mon imaginaire et à me donner envie de créer des choses qui n’existent pas.

Tiffany Bouelle.

Tiffany Bouelle est une artiste peintre et plasticienne franco-japonaise qui évolue entre plusieurs supports, de la simple toile aux objets du quotidien – comme un vase – en passant par la mode. Contrasté, lumineux, son monde est une combinaison de formes et de couleurs qui questionnent la mémoire, le monde qui l’entoure, et l’impact des réseaux sociaux sur les femmes… Il n’en fallait pas plus pour attirer mon oeil et attiser ma curiosité. Interview.

FDA : Bonjour Tiffany, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pourriez-vous vous présenter ?

Tiffany Bouelle : Je suis franco-japonaise, j’ai grandi à Paris et je suis artiste plasticienne ! 

FDA : Quel est votre parcours ? 

Tiffany Bouelle : J’ai fait une école d’arts plastiques puis une école de mode. Mais je m’ennuyais terriblement en cours. J’ai donc commencé à travailler en tant que styliste, et en parallèle, j’étais aussi DJ, modèle, cuisinière et performeuse… Autant vous dire que je ne dormais pas beaucoup ! La mode est un secteur que j’apprécie et qui reste une grande source d’inspiration notamment pour les textures et les couleurs que j’utilise en peinture. Cela étant, je trouve plus chic d’acheter de l’art contemporain et de soutenir la jeune création, l’artisanat, que d’acheter des vêtements certes dans l’air du temps, mais que l’on ne désire que de façon éphémère… J’ai fait ma première exposition avec des personnages figuratifs il y a deux ans, ce qui a donné lieu par la suite à une collaboration avec la marque Moynat. Puis je me suis lancée dans un travail plus intime et abstrait dès 2018.

FDA : Travail ou passion ? 

Tiffany Bouelle : À la folie, passionnément… Travail sonne comme une obligation pour moi, et j’aime avoir le choix. 

Courtesy of the artist.

FDA : Comment définiriez-vous votre travail ? 

Tiffany Bouelle : On me pose souvent cette question, pourtant je ne parviens toujours pas à trouver les mots exacts. Pour moi, le plus difficile est déjà de se définir soi-même. Mais pour répondre, je dirais un mélange d’art et de design. 

FDA : Quelles sont vos inspirations ? 

Tiffany Bouelle : Je suis sensible aux lumières et aux matières, mais je suis aussi très inspirée par l’architecture de Niemeyer, Andō, et par le design de Sori Yanagi ou du mouvement néerlandais De Stijl, Eames, Breuer, la décoration d’intérieur, les mobiles de Calder… J’aime aussi le lifestyle de Georgia O’Keeffe, les packaging américains des années 1970, les voiliers pendant mes vacances en Normandie, les surfeurs, les tapisseries de Sonia Delaunay, les chorégraphies de Pina Bausch… J’ai également toute une collection de chaises qui participe à m’inspirer, et une liste d’assises que je souhaite un jour posséder.

FDA : Quel est votre processus de création ? 

Tiffany Bouelle : J’ai des moodboard issus des photographies que je prends lorsque je pars en voyage. Je fais également des collages avec des choses que je trouve dans des magazines, et j’utilise aussi mes livres que je découpe pour en faire des palettes de couleurs. J’aime garder les serviettes fantaisistes des glaciers, les papiers de chambres d’hôtels car je trouve la typographie et le graphisme très chouettes. Les gens appellent des “merdouilles”(!)… Je réalise ensuite des esquisses, des aquarelles, puis, je lance ma playlist : Franz Liszt, Connan Mockasin, Michael Nyman, Philip Glass, Franz Schubert, Chopin, Maria Callas et en ce moment j’écoute en boucle la musique de “Pierre et le loup” de Sergueï Prokofiev et Lujon de Mancini. Enfin, je m’octroie plusieurs gâteaux, quelques chocolats, et je me lance ! Je mélange mes couleurs, et je fais mon premier tracé s’il y en a un.

© Jeanne Perotte

FDA : Parmi vos oeuvres, quelle est celle que vous préférez ? 

Tiffany Bouelle : Je change en permanence d’avis sur mes tableaux, c’est tout simplement impossible de répondre à cette question… 

FDA : La dernière exposition que vous avez vu ? 

Tiffany Bouelle : J’ai trouvé l’exposition du Musée des Arts Décoratifs “Moderne Maharadjah” très inspirante. De belles tapisseries et de la vaisselle Bauhaus sont présentées, ainsi que des portraits du Maharadjah absolument magnifiques. J’espère voir encore et encore des expositions comme celle-là.

FDA : Avez-vous le sentiment que le fait d’être une femme a un impact sur votre travail ? 

Tiffany Bouelle : Je vois de la finesse et de la sensibilité dans les travaux des hommes également. J’ai traité comme sujet la femme sur une de mes séries, mais je n’ai jamais pensé exclure les hommes de ma peinture puisque je ne fais que des portraits d’hommes. Je pense que mon travail n’a pas de genre.

© Jeanne Perotte
Courtesy of the artist.

FDA : Quelle est la part de féminité que vous injectez dans celui-ci ? 

Tiffany Bouelle : Parlons-nous de mon côté “Girl Power” ? J’ai ce fantasme fou de faire disparaître la rivalité féminine pour parvenir stratégiquement à l’égal de l’homme ! Je plaisante… Il était important pour moi de me tourner vers d’autres femmes pour comprendre comment elles se sentent dans notre société, quel est l’impact des réseaux sociaux, de la surconsommation d’images représentant de nouveaux idéaux de beauté notamment. Ces femmes s’aiment-elles ? Arrivent-elles à trouver leur place au milieu de tout ce flux ? Quels sont leurs rapports à elle-même ? Cette question des écrans est importantes, je trouve qu’ils ont fait fondre le peu de solidarité qui existait en nous… C’est de l’ensemble de ces sujets dont je parle dans mon projet “Rencontres”. Je suis partie en Inde et au Japon pour écouter et dessiner des femmes qui venaient de cultures différentes, et effectivement, un homme n’aurait certainement pas pu rentrer dans le vif du sujet comme j’ai eu la chance de le faire auprès d’elles.

FDA : Où peut-on vous voir cette année ? 

Tiffany Bouelle : Vous pouvez découvrir mon showroom ainsi que mon atelier en prenant rendez-vous sur tiffanybouelle.com ; je poste aussi tous mes travaux et recherches ainsi que les photos de mes moodboard sur mon compte Instagram. 

FDA : Et où peut-on vous trouver cette année ? 

Tiffany Bouelle : C’est une surprise… 

FDA : Quelque chose à ajouter ? 

Tiffany Bouelle : Je vais aller me chercher un gâteau, cette interview m’a bien ouvert l’appétit…

Pour retrouver Tiffany Bouelle et en savoir plus, cliquez ici !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s