Épisode 44 – Odile Burluraux, co-commissaire de l’exposition « The Power of My Hands » au Musée d’art Moderne de Paris

Je sais à quel point vous devez être heureux et heureuses ! Oui, ça y est, les lieux culturels ont enfin rouverts. J’espère que vous avez réservé vos billets, car le programme est vaste. Pour célébrer cette réouverture, j’avais envie de mettre en lumière une exposition qui m’a marquée, et de questionner pour cela la femme qui en est à l’origine. Je reçois donc cette semaine dans le podcast Odile Burluraux…

J’ai réalisé ce déséquilibre en faisant un calcul moi-même des pourcentages dans les collections du musée. J’ai regardé combien d’œuvres nous avions, combien d’hommes et de femmes les avaient réalisés. Pour 100 artistes, 25 étaient des femmes mais ça n’était que 10% des œuvres. Donc il y avait déjà un déséquilibre, qui existe aussi dans la nature des œuvres…

Odile Burluraux

Odile est conservatrice au Musée d’art Moderne de Paris et commissaire d’exposition.

Elle a notamment signé plusieurs expositions d’envergure pour le Musée, comme celle, en 2013, sur Keith Haring ou plus récemment, en 2019, celle sur Hans Hartung.

Mais Odile Burluraux est aussi à l’origine de l’exposition “The Power of My Hands. Afrique(s) : artistes femmes”, qui après avoir été maintes fois repoussée en raison de la crise sanitaire, va enfin pouvoir ouvrir au public.

Cette exposition présente le travail de 16 femmes artistes africaines, qui pour la plupart n’ont jamais été montrées en France. Parmi elles, Billie Zangewa, Gabrielle Goliath ou encore Njideka Akunyili Crosby…

…Dans les années 1960, Pierre Gaudibert, le directeur et fondateur de l’A.R.C (NDLR : l’un des premiers départements d’art contemporain en France) a acheté beaucoup d’estampes, dont de nombreuses réalisées par des femmes artistes. Mais on ne montre ces estampes que très rarement, voire jamais. Ces œuvres sont dans la collection mais elles ne sont pas montrées. Donc c’est cela aussi le problème, aujourd’hui ; nous aimerions bien que sur nos murs, on puisse rééquilibrer encore davantage cette situation.

Odile Burluraux

Et vous vous souvenez peut-être, il y a quelques semaines, lors de la semaine spéciale art contemporain africain sur le compte Instagram de Femmes d’art, je vous avais emmené découvrir mes trois œuvres coups de cœur de l’exposition.

La vidéo est d’ailleurs à revoir ici : www.femmes-dart.com/2021/03/17/vide…derne-de-paris/

Dans cet épisode, nous parlons avec Odile de son parcours, de son métier de conservatrice et de commissaire, elle me donne aussi son regard sur la place des femmes dans les collections des musées, et me parle de son intérêt pour les artistes issu.e.s du continent africain. Et bien évidemment, nous parlons de l’exposition The Power of My Hands.

J’espère que cet épisode vous plaira, et qu’il vous donnera envie autant que moi de retourner dans les musées…

Bref, je ne vous en dis pas plus, le reste est dans l’épisode !

Bonne écoute !

Pour en savoir plus sur l’exposition : www.mam.paris.fr/fr/expositions/e…n-power-my-hands

Photo : Odile Burluraux par © Elsa Blanchard

Crédits : Femmes d’art est un podcast produit et réalisé par Marie-Stéphanie Servos
Musique libre de droits
www.femmes-dart.com
www.instagram.com/femmesdart_
Contact : femmesdart@gmail.com

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s