Prix AWARE 2021 : Qui sont les 4 artistes émergentes nommées cette année ?

Depuis 2017, et pour pallier le manque de récompenses attribuées à des femmes artistes, l’association AWARE dédie chaque année le Prix AWARE pour les artistes femmes, remis à une artiste émergente et à une artiste établie. Portrait des quatre femmes nommées pour cette cinquième édition. 

Le prix AWARE, c’est quoi ?

Initié par l’association à but non lucratif co-fondée et dirigée par Camille Morineau, le Prix AWARE convie chaque année un groupe de « rapporteurs et rapporteuses » gravitant dans le monde de l’art, à sélectionner et défendre le travail d’artistes femmes. Un jury présidé par Emma Lavigne (présidente du Palais de Tokyo) et composé de six figures majeures du monde de la culture, attribue deux récompenses aux lauréates. Alors que l’artiste couronnée du Prix d’honneur reçoit une dotation de 10 000 euros et la publication d’un entretien inédit à paraître en 2022, l’artiste émergente lauréate, bénéficie quant à elle d’une acquisition au sein des collections du Cnap ainsi que d’une aide à la production pour la réalisation d’une exposition monographique.

Édition 2021 : qui sont les quatre artistes émergentes nommées ?

Myriam Boulos (née en 1992 à Beyrouth)

Fille d’une illustratrice, la route de Myriam Boulos était, dès son adolescence, toute tracée. Après avoir rencontré une jeune femme qui détenait un appareil photo numérique sophistiqué pour l’époque, l’étudiante de 16 ans tombe amoureuse de ce médium qui, d’après elle, « rend tout fluide ». Depuis, Myriam Boulos s’attèle à capturer chaque instant de sa cité natale : Beyrouth. Ce qui caractérise son œuvre ? La dénonciation du patriarcat, les inégalités sociales et économiques, l’intimité d’une génération… Tant de thématiques qui privilégient l’instantané.

Gaëlle Choisne (née en 1985 à Cherbourg)

Credit Photo Michael Huard

Diplômée des Beaux-Arts de Lyon, Gaëlle Choisne érige des installations au carrefour de la sculpture et de la photographie. Celles-ci évoquent le déplacement, l’architecture, l’organique, la matière et le déchet. Les œuvres de cette artiste qui vit et travaille entre Paris et Londres se déploient à la manière de paysages. Elle a notamment eu la chance d’exposer son travail au sein de prestigieuses institutions, telles que le musée des Beaux-Arts de Lyon, le MAMO de la Cité radieuse du Corbusier ou le CAFA Museum à Beijing.

Sara Ouhaddou (née en 1986 à Draguignan)

Credit photo Antoine Aphesbero

Née en France d’une famille marocaine, Sara Ouhaddou met en tension les arts traditionnels marocains et les codes de l’art contemporain afin de questionner le rôle de l’art comme outil de développement économique, social et culturel, tout particulièrement dans le monde arabe. Débutant sa carrière comme créatrice de mode, elle développe ensuite une pratique plus artistique et sociale à travers des installations qu’elle conçoit en collaboration avec des artisan·es.

Mona Varichon (née en 1989 à Paris)

Credit photo Roamn Koval

Titulaire d’un master de beaux-arts de l’ArtCenter à Pasadena, d’une licence de beaux-arts du San Francisco Art Institute et d’une licence de sociologie de l’Université Paris Descartes, Mona Varichon est une artiste vidéaste, autrice et traductrice franco-égyptienne basée à Paris. Grâce à un travail de collage et de montage de vidéos, elle se plaît à retranscrire des sensations ou des situations. Après avoir passé dix années aux États-Unis, Mona Varichon aborde avec une certaine distance les phénomènes sociaux français.

Eva Chappert-Gaujal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s